business

Vinted, La Licorne Lituanienne Qui Valait Trois Milliards

On ne l’arrête plus.

Depuis son lancement en France en 2013, Vinted a levé près de 185 millions d’euros (dont 128 millions d’euros fin 2019) dans le but de favoriser sa croissance en Europe.

Après avoir racheté les plateformes de mode de seconde main Chicfy (Espagne), puis United Wardrobe (Pays-Bas), Vinted annonce la clôture d’un nouveau tour de table pour un montant astronomique de 250 millions d’euros au cours de séries F*, mené par EQT Growth.

(*Jargon purement start-up qui veut dire “passer à une vitesse encore plus grande, et sur encore plus de marchés, notamment à dimension internationale”)

Si Vinted pesait fin 2019 un milliard, elle est maintenant valorisée à 3,5 milliards d’euros.

De quoi rendre jaloux bien d’autres acteurs du marché de la mode de seconde main…

Si la mission de la start-up lituanienne est de « faire de la mode d’occasion un premier choix dans le monde”, cette nouvelle levée de fonds s’inscrit parfaitement dans ce message. 

Du coup, comment Vinted compte-t-elle faire usage de ce nouveau capital ?

C’est ce que nous allons voir tout de suite…

Optimiser l’expérience utilisateur

Vinted tient ses promesses et c’est une bonne nouvelle pour nous.

En effet, ce n’est pas la première fois que Thomas Plantenga, PDG de Vinted, parle de la volonté d’investir entre autres dans la sécurité de la plateforme :

« Notre priorité est de rendre plus facile l’utilisation de la plateforme, notamment sur deux points : le service client et la confiance dans nos services. Nous voulons par exemple réduire le temps nécessaire pour mettre en ligne un article et celui pour résoudre un litige entre utilisateurs »

Tu as certainement relevé les changements récents de ton fil d’actu. Et notamment, l’apparition de nouvelles rubriques :

  • La recherche par catégories
  • Les articles populaires
  • La recherche par marque
  • Les suggestions de recherche

Il faut donc s’attendre à d’autres changements comme la manière dont nous mettons en ligne nos articles, et la performance du service client, comme l’indique Thomas Plantenga.

Développer de nouveaux produits et fonctionnalités

Il semble que Vinted travaille sur le développement de nouveautés.

On a déjà observé la plateforme de seconde main à l’œuvre puisque Vinted a récemment lancé Vinted Pro, dédié à la vente professionnelle.

Ce nouveau service – dont Vinted parlait dès le mois d’avril en informant ses membres par mail – est inattendu puisqu’à ce jour, Vinted interdisait la vente professionnelle.

D’autre part, les rubriques nouvellement créées précédant le fil d’actu lèveront sans doute de nouvelles questions chez les vendeurs, comme par exemple :

Comment faire pour apparaître dans la rubrique “articles populaires” ?

D’ailleurs, j’ai bien peur que l’appellation de cette catégorie ne soit un terme purement marketing pour le moment. Pourquoi ?

Parce qu’il semble que les annonces qui y sont répertoriées sont celles publiées le jour même, et n’ont rien à voir avec des critères de “popularité” en terme de vues, de favoris, ou de membres intéressés…

Est-ce le signe que Vinted apportera une réponse (payante) à cette problématique ? Ou à terme, son algorithme sera-t-il en mesure de (vraiment) repérer les articles rencontrant le plus d’intérêt ?

C’est à surveiller…

À ce jour, seuls deux outils payants, Boost et Dressing en Vitrine, sont proposés par Vinted.

Ces outils – aux coûts respectifs de 1.95 € et 6.95 € pour sept jours – permettent de favoriser la visibilité de ses articles parmi plusieurs centaines de millions répertoriés dans le catalogue.

Conquérir de nouveaux marchés

Breaking news…

D’après les Echos, Vinted se lance prochainement dans un nouveau pays européen, mais pas de fuite à l’heure où j’écris ce post. Une idée ? Comme tu le sais, le dernier en date est l’Italie…

Et selon son PDG, Vinted souhaite continuer d’investir dans les marchés existants. Mais ce n’est pas pour autant que la plateforme se ferme à l’international, bien au contraire…

En ligne de mire (et ça n’engage que moi), le Canada.

Qui vivra, verra !

Et en parlant de job, Vinted promet bien entendu le recrutement massif de nouveaux talents pour poursuivre l’aventure.

Conclusion

À noter que malgré de multiples levées de fond, le géant lituanien n’est toujours pas rentable.

Vinted conserve pour le moment son modèle économique “sans frais pour les vendeurs”, et focalise le plus gros de ses actions sur le développement de nouveaux marchés, et de sa plateforme.

Si Vinted a fait ses preuves en Europe, et notamment en France, qui reste son premier marché, il y a peu de doute sur le fait que la prochaine étape est internationale.

Affaire à suivre…

(1 commentaire)

  1. dommage car vinted est très dur, travaille sur la délation et refuse des tonnes d’annonces, notamment la mercerie de seconde main, alors que tout le monde s’est mis à la couture au tricot etc, tout le monde n’achète pas de vêtements

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :