business

Qui est Milda Mitkute, la Fondatrice de Vinted ?

Milda Mitkute.

C’est le nom qui nous permet de vendre et d’acheter de la seconde main à travers notre smartphone.

C’est aussi le nom à l’origine de ce qui aujourd’hui, est devenue une gigantesque entreprise valorisée à plus de trois milliards d’euros.

On pourrait la surnommer la toute première Vinty. Comme nous toutes, Milda adore le shopping. Et sans cette passion, Vinted ne serait pas ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui…

Avec plus de 15 millions de visiteurs uniques chaque mois, Vinted rafle la cinquième place des sites eCommerce les plus visités en France.

Comment Milda Mitkute a fait passer Vinted d’une petite plateforme locale en un véritable aimant à membres à travers l’Europe ?

C’est le sujet que j’aborde aujourd’hui dans cet article.

Ses origines

En 2017, sur la scène du Digital Freedom Festival en Lettonie, Milda Mitkute raconte ses débuts.

Neuf ans plutôt, Milda, jeune étudiante lituanienne alors âgée de 21 ans, est curieuse, mais surtout terrifiée du monde qui l’entoure.

Sa première anecdote raconte comment l’un de ses profs lui dit un jour : “Si je devais faire une liste des personnes qui réussissent, tu ne figurerais pas dans cette liste. Ni dans la plus courte, ni dans la plus longue”.

C’est la douche froide pour Milda qui à l’époque se voit comme une étudiante moyenne, que l’on remarque à peine dans la foule.

Il faut dire que l’éducation qu’elle reçoit ne l’aide pas à renforcer sa propre estime. Sa grand-mère lui dit : “Méfie-toi des personnes qui font du business, ce sont de très mauvaises personnes”.

Comme dans toute famille, se transmettent des schémas préconçus. Pour Milda, voici à quoi ils ressemblent : “N’essaie pas d’être différente, reste dans l’ombre, fais comme tout le monde. Si tu es unique, tu prêtes attention. Et si tu prêtes attention, tu deviens quelqu’un d’arrogant, ce qui peut t’attirer des critiques”.

C’est ainsi que Milda fait un blocage sur ce que pensent les autres, et grandit avec un bon nombre de croyances limitantes, et parmi elles – de ne surtout pas briller au risque de blesser les autres.

L’amour du shopping

Une des particularités de Milda, c’est sa passion brûlante pour le shopping. En une semaine, environ 80 à 90% de son salaire passe dans les vêtements (c’est fou comme je me reconnais ici).

Et elle se fiche pas mal si elle doit manquer de nourriture, ou être disqualifiée de sortie. Ses deux ou trois robes fraîchement achetées la rendent heureuse…

En parlant de bonheur, Milda se fait une promesse. Pour elle, c’est indispensable. Elle doit aimer son futur job.

Voyant plusieurs membres de son entourage se rendre au travail par obligation, elle ne s’imagine pas passer le tiers de sa vie coincée dans une carrière qui ne l’épanouit pas. C’est tellement vrai pour une majorité de personnes. Et pour cause, chez nous, plus de 60% de la population s’ennuie au travail…

Vient le jour où Milda déménage de sa ville natale, Kaunas, pour un appartement trois fois plus petit dans la capitale de Vilnius pour y faire ses études.

Ce qui la conduit naturellement à faire le tri dans son dressing. C’est à ce moment qu’elle se rend compte que son addiction au shopping résulte de plus d’une centaine de vêtements très peu portés, ou portant toujours leur étiquette.

C’est de cette manière que la première graine de Vinted germe dans la tête de Milda. Elle pense à créer une plateforme en ligne pour vendre, acheter, ou échanger ses vêtements. Et dans un premier temps, pour son propre usage ! Ce serait sa plateforme à elle…

La rencontre avec Justas Janauskas

Quelques jours plus tard, Milda rencontre un jeune développeur, Justas, au cours d’une soirée à laquelle elle est invitée. Elle lui parle de son idée, Justas est conquis. Milda raconte qu’au cours de cette soirée, vers deux heures du matin, Vinted naît.

Deux semaines plus tard, Milda et Justas lancent ensemble la première version de Vinted, sous le nom de Mano Drabuziai (Mes Vêtements, en lituanien). Ci-dessous, deux screenshots de la première version de ce qui va devenir plus tard le Vinted que nous connaissons.

Mano Drabuziai, première version de Vinted
Mano Drabuziai, première version de Vinted

Milda a alors deux objectifs :

  • se débarrasser de ses vêtements (pour en acheter de nouveaux)
  • utiliser la plateforme comme terrain de jeu d’expérience professionnelle – Milda n’étant pas focalisée sur l’entreprenariat et le business à cette période

D’ailleurs, voici à quoi ressemble la vision des deux co-fondateurs à l’époque : Milda devient spécialiste en marketing, et Justas, ingénieur informatique. Les deux partenaires ayant un emploi respectif à temps plein dans les relations publiques et dans l’ingénierie informatique, Vinted n’est qu’un hobby dont ils s’occupent les soirs et week-ends.

N’ayant pas de budget à consacrer au marketing, Milda emploie une méthode “à l’ancienne” auprès de ses amis mais pourtant efficace – le bouche à oreille. Vinted se répand à travers la Lituanie, et la plateforme grossit rapidement – trois, quatre, six fois plus mois après mois.

À la grande surprise générale, Vinted est un franc succès.

De hobby à entreprise

Forte de ce succès local, les demandes d’interview se multiplient pour Milda et Justas. Mais ces deux-là sont toujours dans une démarche d’amusement, et peinent à comprendre l’ampleur de la situation.

Deux ans après le lancement de Vinted, Accel Partners, société de capital-risque connue pour investir dans des start-up comme Facebook, Dropbox, ou encore Spotify les contactent.

Hey, on investit dans la tech, ça vous convient ce succès en Lituanie, ou vous avez envie de voir plus grand, et de penser global ?

Milda et Justa comprennent à cette période que si de tels investisseurs s’intéressent à Vinted, c’est qu’ils y voient du potentiel, et quelque chose de plus grand qu’eux. C’est ainsi que les deux co-fondateurs changent leur langage pour utiliser des termes comme société, management, ou stratégie.

Grâce à un premier investissement de plus de 6 millions de dollars, Vinted passe du site Internet en application mobile. Quant aux équipes, elles passent rapidement de 50 à 100, puis 200.

Pour Milda qui n’a aucune connaissance du monde de l’entrepreunariat – et rappelons que la jeune femme est dans la vingtaine à l’époque – le challenge est de taille…

Vinted grandit plus vite qu’elle !

En effet, la plateforme atteint un million de membres la première année, puis cinq millions la deuxième année, dix millions la troisième… La machine Vinted est définitivement lancée.

Les challenges

Victime de son succès, Milda se sent dépassée par les enjeux de la mise en place d’une stratégie pérenne pour Vinted. C’est pourquoi elle décide de mettre son ego de côté et apprend volontiers de ses équipes, bien plus expérimentées qu’elle ne peut l’être.

Elle ajuste aussi son mindset en apprenant de ses erreurs, tout en retirant le sentiment de culpabilité ou d’échec. Elle accepte aussi de ne pas tout savoir, et demande de l’aide quand elle en a besoin.

Enfin, elle entreprend le networking en échangeant régulièrement avec des entrepreneurs sur des axes de développement similaires. Elle se rend compte à ce moment qu’il n’existe pas qu’une seule solution pour développer Vinted, mais de nombreuses.

Toutes ces actions contribuent à tracer une feuille de route, et à mieux entrevoir la big picture – la vision globale.

Vinted aujourd’hui

Milda et Justas sont passés en quelques années d’un petit site Internet lituanien à une entreprise globale de plus de 500 employés, dont les bureaux sont répartis entre la Lituanie, la Russie, l’Allemagne et les Pays-Bas.

Avec une présence dans 13 pays, dont 12 en Europe, Vinted compte aujourd’hui 34 millions de membres.

Avec un marketing agressif, exercé par le biais de la télévision, la France est devenue le premier marché de la plateforme spécialisée dans la mode de seconde main. Vinted revendique également le rachat de deux sociétés en Espagne et aux Pays-Bas.

Après plusieurs levées de fonds, Vinted est aujourd’hui valorisée à plus d’un milliard de dollars, et fait partie du club très restreint des licornes.

L’engouement des consommateurs pour la mode de seconde main se confirme, puisque de nombreux acteurs de l’habillement neuf suivent les traces de Vinted pour se créer une place au sein d’un marché porteur.

Conclusion

Vinted a transformé la vie de Milda Mitkute, pas seulement d’un point de vue succès, mais surtout sur un plan personnel.

Du coup, on peut dire que Vinted a également changé nos vies et notre façon de consommer la mode.

Milda Mitkute quitte Vinted en 2016. La business woman devient maman de trois enfants et souhaite se consacrer à sa famille. Néanmoins, elle reprend ses études dans la finance tout en explorant d’autres sujets, comme le changement climatique.

D’abord appelé en tant que consultant en 2016, Thomas Plantenga, d’origine néerlandaise, est l’actuel CEO de Vinted depuis 2017.

Si comme moi, tu trouves l’histoire de Milda Mitkute inspirante, n’hésite pas à le partager.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :