business

5 Spéculations sur l’Évolution de Vinted

Je ne suis pas du genre à spéculer… sauf lorsque je suis en face d’un sujet qui me passionne. Et pour moi, Vinted fait l’objet d’une success story, que j’aime utiliser en exemple.

C’est en lisant un article où Thomas Plantenga, actuel PDG de Vinted, dit recevoir des propositions régulières de partenariats que l’idée m’est venue…

Pourquoi ne pas user de spéculation concernant l’évolution de Vinted ? Et je tiens à te dire de ne pas te gêner si toutefois, tu souhaites participer.

Aujourd’hui, j’ai cinq idées. Me connaissant, il se pourrait que je fasse un nouvel article avec de nouvelles. Les spéculations sur l’avenir de Vinted ? C’est maintenant.

La création d’un pop-up store

Je vois déjà l’annonce dans la presse et sur les réseaux sociaux…

“Vinted ouvre un pop-up store parisien”

Alors c’est vrai que le principe de toute entreprise (et surtout d’une start-up) est de limiter les coûts. Cependant, une boutique éphémère correspond à une approche marketing, avec des retombées en termes de données, mais pas seulement.

En voici les principaux intérêts :

  • création de visibilité
  • engendre un buzz plus impactant (retombées médiatiques, communication, élan de notoriété…)
  • étudie le potentiel d’un projet de boutique sur le long-terme
  • et bien sûr, générer du chiffre d’affaire.

Pourquoi Paris ?

Si Vinted n’estime pas avoir son mot à dire en matière de mode, son premier marché détient une des plus belles capitales de la mode, Paris. Autant s’en servir – ça a quand même plus de sens si un tel projet s’ouvre à Paris plutôt qu’à la campagne, non ?

Donc, Paris. Pour le symbole.

Quels types de produits ?

J’ai plusieurs idées en réserve…

À commencer par une collection éco-responsable imaginée par Vinted, utilisant des matériaux recyclés, dans la lignée de leurs valeurs. Du vêtement, en passant par les accessoires, jusqu’aux produits de la maison, selon le modèle original.

Côté événementiel, Vinted sélectionnerait les invendus en très bon état des Vinties parisiennes pour les vendre au pop-up. Ces modèles pourraient être mis en avant dans le cadre d’un défilé, dont les pièces seraient portées par les vendeuses elles-même.

Ça renforcerait le côté communautaire de la marque, et redorerait son image par la même occasion en confirmant que sur Vinted, il n’y a pas que des arnaques…

Qu’est-ce que tu en penses ?

La naissance d’une division luxe

Sujet déjà abordé. Vinted souhaite permettre la vente d’articles à forte valeur, comme le fait déjà Vide Dressing par exemple. Même si c’est déjà possible, ce n’est pas encore ça.

Et pour cause, pour arriver à cela, la problématique de sécurité de la plateforme doit être solutionnée. Par exemple, il semblerait que l’acheteur ait tout le temps raison en cas de litige, et Vinted n’interviendrait que moyennement voire, pas du tout dans certains cas.

Mais voilà le truc… Cinq cent employés essentiellement basés en Lituanie pour 34 millions de membres. Et c’est quelque chose qui se ressent à voir la qualité actuelle du service client. Perso, je ne m’inquiète pas, tout est perfectible.

Maintenant, j’ai trois idées en tête pour cette histoire de produits de luxe…

  1. Des bureaux de contrôle d’authenticité s’implantent dans les pays les plus concernés par la vente de luxe (peu probable, car coûteux)
  1. Vinted a suffisamment de liquidités, et rachète un gros poisson du luxe de seconde main (sans fusionner)
  1. Un partenariat avec une start-up disposant d’une intelligence artificielle permet un contrôle fiable à distance des produits de luxe vendus sur la plateforme (mais ne solutionne pas pour autant le problème de sécurité)

La solution (2) est ma préférée car ne pas fusionner avec Vinted permet de dissocier l’activité “luxe” tout en conservant un système sécurisé déjà en place. Système aujourd’hui défaillant sur Vinted.

La commission vendeur de retour

Ce qui fait la force de Vinted, c’est le fait que nous puissions vendre sans aucun frais. À ton avis, pourquoi tu penses que ça négocie autant ? Parce que les acheteurs (aussi vendeurs) le savent. Et franchement, c’est plutôt légitime…

Mais combien de temps ça va durer ?

Honnêtement, je ne pense pas que Vinted conservera cette stratégie sur le long-terme.

Selon moi, la priorité aujourd’hui est de récolter un max de vendeurs. Pourquoi ?

En fait, ça fonctionne un peu comme les banques en ligne. Elles sont gratuites, et pour le moment, elles ne gagnent pas d’argent. Ça te rappelle quelque chose ?

Vinted gratuite, ne gagne pas d’argent.

Mon meilleur ami a travaillé un certain nombre d’années pour une banque en ligne. Et quel était l’objectif principal ? L’acquisition client. En gros, ça consiste à caresser les clients dans le sens du poil en les exonérant de tout frais (je n’ai rien contre les banques en ligne, je suis cliente de deux d’entre elles).

Mais tout est pensé pour faire “avaler la pilule” plus facilement le lendemain quand le coût de la carte ou les frais de tenue de compte vont débarquer D’ailleurs, ça a déjà commencé pour certaines d’entre elles.

Mais en étant plus compétitifs que les banques physiques, les clients restent. Malin ? Oui, complètement.

Du coup, je me dis que c’est un peu la même chose qui va se passer avec Vinted. Il suffit simplement de positionner la commission vendeur en dessous de celle de la concurrence pour garder les membres. Et plus le nombre est élevé, mieux c’est. Pourquoi ? Parce qu’une partie tournera forcément le dos.

En bref, une entreprise ne repose que sur de la stratégie. Et quand on réfléchit, pourquoi ce serait uniquement à l’acheteur de supporter les frais ?

De la même manière où le vendeur est chez Vinted parce qu’il a zéro frais – le jour où une boîte promet la même chose pour l’acheteur, qu’est-ce qui se passe pour Vinted ? Des vendeurs, mais pas d’acheteurs ? Et je te pose la question…

Qu’est-ce que revendique en premier la Vinty qui négocie ton prix ? Bingo, les frais de Vinted.

Pour moi, le modèle de Vinted n’est pas figé. Le marché de la seconde main est en pleine effervescence, et il faut s’attendre à voir débarquer de nouveaux acteurs. À un moment donné, il va falloir s’adapter.

L’évolution des outils payants

Le temps que Vinted décide de facturer de nouveau les vendeurs, il se pourrait bien que les outils payants évoluent… et leur prix avec !

Pourquoi je pense ça ?

Déjà parce que Vinted ne cible plus seulement les 15-24 ans. En effet, vendeurs comme acheteurs, on voit émerger un profil plus âgé avec un pouvoir d’achat plus important (et proposant d’ailleurs des articles à plus forte valeur).

Je le reconnais, quand j’utilise le Boost ou le Dressing en Vitrine, je ne les vois pas passer sur mon compte… Ce qui n’est pas forcément le cas d’une jeune fille de 15-20 ans.

Ensuite, parce que Vinted est maintenant présente dans 13 pays, dont les échanges sont possibles entre la France et plusieurs d’entre eux. Quel intérêt aurait Vinted sur le long terme de faire bénéficier d’une visibilité européenne gratuitement ?

Sérieusement, on n’est pas à l’armée du salut. Seconde main ou pas, économie circulaire ou pas, Vinted a bien entendu un intérêt financier. (et ses investisseurs aussi !). N’oublions pas que le marché de la seconde main est évalué entre 25 et 34 milliards d’euros. Il est normal que tout le monde veuille sa part du gâteau…

Ça ne me surprendrait donc pas de voir le prix des outils payants augmenter, voire même l’offre s’étoffer.

Un système de scoring

Le Club Vinted était un programme VIP réservé aux vendeurs exceptionnels. Je dis était, car il n’est plus en vigueur actuellement (pourquoi la page est encore accessible ? Mystère). De plus, le badge identifiant les Vinties membres du club a maintenant disparu du profil.

Pour “rentrer”, il fallait répondre aux critères exigés par la plateforme. Ces critères reposaient sur la communauté, la fidélité, et l’honnêteté. En contrepartie, Vinted offrait des kits vendeur et d’autres avantages.

Le problème avec ce système, c’est que maintenant on est beaucoup trop. J’imagine même pas ce que ça aurait dû être d’un point de vue gestion…

Même si l’existence d’un club est pertinent et tend à fidéliser les vendeurs, un système de scoring a toute sa légitimité sur une appli comme Vinted.

Et plus particulièrement, un scoring permettant d’aider acheteurs comme vendeurs à évaluer en un coup d’œil la fiabilité d’un membre :

  • En plus des évaluations, la possibilité de voir en un coup d’oeil si un profil est fiable avec une phrase du style “Les Vinties recommandent [nom du profil] à x %”
  • Jauge de notoriété ou de de confiance, par exemple « [nom du profil] a reçu x évaluations positives au cours des dernières 48 heures »
  • [nom du profil] a vendu/acheté un article il y a X jours
  • Dressing de confiance épinglés dans le fil d’actu (dressing de la semaine, du mois, etc…)
  • À la manière d’Uber ou Airbnb, un système d’évaluation avec mentions, comme par exemple « envoi rapide », « attention dans le colis », etc…

Je pourrais continuer mais ça va être long, lol.

À mon sens, la communauté a besoin de ressentir que Vinted se mouille (un peu). Et cela a plusieurs avantages.

Le premier, booster la décision d’achat. Ensuite, prémunir les membres des arnaques – bien souvent les personnes malveillantes ont un profil vierge.

De façon mécanique, ça inciterait tout le monde à adopter le bon comportement en gommant l’étiquette parfois négative que Vinted affiche aujourd’hui.

Conclusion

J’ai vraiment pris plaisir à te partager mes cinq spéculations et idées sur la manière dont Vinted va se développer.

J’en ai encore pleins en rayon, donc si tu aimes ce post, n’hésite pas à me le faire savoir et promis, il y aura un deuxième volet.

En attendant, tu peux me partager tes idées éventuelles. Qui sait, on pourrait peut-être leur soumettre, lol.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :